« La dinde des Griswold »

Cette année, j’ai reçu une bonne partie de ma famille pour le réveillon du 24 décembre.  Mon seul objectif était de faire une dinde après avoir vu le spécial « Turkey Week » du blogue The Art of Manliness.

Vu que ma famille ne voulait pas que j’assume seul les coûts associés à la réception, ils m’ont demandé de leur demander quoi préparer.  Toutefois, je ne tripe « potluck » où, plus souvent qu’autrement, la seule chance est de manger plein de trucs qui ne fonctionnent pas ensemble.  J’ai donc proposé de monter un menu et de déléguer la confection de certains des plats en fournissant les recettes.

Ma tablée

Lire la suite

Publicités

Tabula rasa

Il y a plus d’un an, j’ai acquis ma maison. Étant un gars issu d’une famille qui se réunit presque tous les dimanches pour souper (depuis les quelques trente dernières années!), j’avais besoin d’une grande table de salle à manger (min. 8 pieds de long).

Plutôt que de me garocher dans la boutique branchouille la plus proche, j’ai décidé de nous – le chum de ma mère et moi – lancer le défi de créer ma table à partir de rien : sans plan ni connaissance en menuiserie. Bon, j’avais quand même plein d’idées et d’exemples glanés sur Internet et savais qu’elle serait mi-rustique, mi-chic, sobre, mais imposante. Aussi, je recherchais à créer une table qui puisse bien vieillir et s’user avec le temps. Autre défi, il fallait éviter le plus possible le recours à la quincaillerie métallique (vis, boulons, écrous, clous, etc.) parce que c’est laid! Donc, les goujons étaient de mise.

Image

Ladite table au coeur de ma salle à manger.

Voici comment nous nous y sommes pris…

Lire la suite

Comment être un homme.

Al Capone, parrain de la mafia de Chicago, c. 1930.

Découvrir les Sopranos 10 ans après tout le monde, c’est un peu plate, mais ça permet d’écouter toutes les saisons en quasi-rafale pendant une année.  C’est ce que j’ai fait cette année.  Je dois me rendre à l’évidence, les gens avaient raison, cette série est vachement bien faite.

Est-ce que c’est juste une histoire de mafieux véreux qui se tirent dessus? Non.  En fait, ce qui est fascinant de cette série c’est la réflexion qui s’en dégage sur la famille au sens général et particulier.  Cependant, ce qui a retenu mon attention pendant toutes les six saisons, c’est la question qui traverse l’ensemble de la série: qu’est-ce qu’être un homme.

Lire la suite

Point de vue: Être coupé du monde

Depuis hier matin, je n’ai plus d’ordinateur car l’un de mes chats a renversé du liquide sur mon portable durant la nuit.

Résultat, j’ai accès à un ordinateur lorsque je vais chez ma mère (d’où j’écris ce billet).  Bien sûr, l’absence de cet « indispensable » me semblait une épreuve insurmontable… une grave perte dans ma vie.  Et bien, après les premières 36 heures, je ne peux que constater que cette expérience m’est bénéfique.

Plutôt que de me reposer sur les lectures offertes par les internets, j’ai décidé d’attaquer la pile de livres qui attendent d’être touchés depuis quelques semaines.  Dans ce premier 36 heures, c’est le livre de Nicolas Langelier, Réussir son hypermmodernité et sauver le reste de sa vie en 25 étapes faciles, sur lequel je me suis concentré.

Lire la suite

Oui, monsieur!

 

Halliburton lance sa nouvelle Survivaball... disons!

 

Hier, j’ai écouté le documentaire le plus déjanté depuis Who the fuck is Jackson Pollock? (voir commentaire).  Il s’agit de The Yes Men Fix The World (2009).  J’y repense et suis encore crampé.  On y apprend notamment qu’une grosse boule de tissu, quelques costards, un sourire accrocheur, une mallette et quelques cartes d’affaire font partis du kit du parfait petit activiste politique.

Bande-annonce, puis topo.

Lire la suite