Ces grands qui me font sentir petit

Ce matin, en lisant la revue The Atlantic, je tombe sur l’histoire pas commune de Freeman Dyson.  Son histoire est fascinante.  Scientifique brillant, il se caractérise par une vision très contestée sur le réchauffement de la planète et ses idées d’engins spatiaux relèvent du pur délire (voir la présentation qu’en fait son fils à la conférence TED, ci-dessous) ou encore ses croyances quant à la démocratisation des méthodes scientifiques (i.e. un kit « grow your own dog », ci-dessous, qui d’ailleurs me fait penser à Bitch-Stewie… encore plus ci-dessous).  Mais ça reste un homme brillant et incontestable dans son domaine.

Définitivement, certaines personnes rayonnent par leur intelligence; d’autres, par leur capacité à mobiliser les gens autour d’un changement.  Ce qui m’impressionne de ces gens tient davantage à leur capacité, dès le début de la vingtaine, à marquer l’histoire.  Ça me rappelle un article* sur lequel je suis tombé lors de travaux de recherche en 2006 où l’on y explorait les déterminants de l’innovation sociale à travers dix innovations mises de l’avant par Benjamin Franklin.

Voici que j’y découvre que Benjamin Franklin, né 276 années jour pour jour avant moi, a contribué à mettre en place des « Gentlemen’s club » où les membres sont appelés à rédiger des essais visant le développement des connaissances en sciences, en philosophie et autres domaines (il avait 26 ans), l’invention des bibliothèque publique, la mise en place du service publique de police et de pompiers volontaires (milieu de sa trentaine), l’invention de l’argent papier et des méthodes de protection contre la contre-façon, en plus de son rôle déterminant dans le pavement, l’éclairage des routes et la construction de l’hôpital de Philadelphie.  Sans compter qu’il est l’un des signataires de la Déclaration d’Indépendance, du traité de Paris et de la Constitution Américaine…

C’est comme Newton qui conceptualisa sa Loi universelle de la gravitation entre l’âge de 22 et 24 ans, mais qu’il publia seulement 20 ans plus tard.

William Blake. Isaac Newton (1795)

Et moi… 29 ans bientôt.

*Mumford, M. D. (2002) Social Innovation: Ten Cases From Benjamin Franklin, Creativity Research Journal, Vol. 14, No 2, p.253-366.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Ces grands qui me font sentir petit »

  1. Ping : Point de vue: Être coupé du monde « Chez Paré, pas de 'e'… Bienvenue aux dames!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s