La famille, c’est la famille.

La fin de semaine passée, j’ai écouté le film belge La merditude des choses (2009).  Honnêtement, à l’instar des Yes men, c’est surtout la pochette qui m’a attiré.  Dans ce cas précis, c’est la trashitude du gars qui faisait du vélo à poil qui me laissait entrevoir quelques rires gras.  J’ai été berné parce que, bien que j’y ai ri à souhait, l’histoire penche souvent dans le drame.

L’histoire se concentre autour du personnage de Gunther, un jeune ado qui vit chez sa grand-mère avec son père et ses trois oncles.  Alcooliques finis, batailleurs sans crainte et séducteurs paumés, ils constituent les modèles masculins du petit Gunther; son clan, celui des Strobbe.  Milieu familial disfonctionnel évoluant dans la misère crasse où les biens matériels appartiennent à tous et n’ont aucune valeur, ce sont la fratrie, l’honneur des Strobbe, le sens de la famille et le machisme qui servent de ligand à ces êtres Ô combien marginaux.

Au-delà de cet environnement très eighties qui sent la bière, les cigarettes et les cheveux gras, on découvre assez rapidement que les Strobbe sont des personnes d’une grande sensibilité.  Des êtres fragiles avec un coeur tendre couvert de poils.  Fragilité et sensibilité qui ressortent « tout croche » quand leurs liens de sang sont mis à l’épreuve.  Et c’est précisément la force du film.  C’est de voir comment la grivoiserie et la rage de vivre dans l’extrême (consommation, risque, démesure, pauvreté, etc.) constituent le froment de ce que Gunther deviendra soit, une version améliorée de ses ascendants, un auteur à succès qui atteindra des sommets.

À cet égard, le film est basé sur le roman éponyme – et assez biographique selon les Internets – de Dimitri Verhulst.

Sinon, en ce qui concerne les qualités formelles du film, je n’ai rien à dire.  Tout à l’air si vrai.  Les acteurs sont naturels.  On embarque.  Et perso, j’ai écouté la version traduite en français; mais, le film a été enregistré dans un dialecte flamand que seul l’acteur incarnant le père de Gunther savait parler.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s