Être bouché.

Pour mes trente hivers, j’ai décidé de recevoir quelques amis chez-moi.  J’en ai profité pour essayer quelques recettes de bouchées trouvées au hasard de mes recherches culinaires.

Normalement, j’ai horreur des cocktails dinatoires et autres évènements où l’on doit manger un million de petites bouchées pour avoir une vague impression de satiété.  Mais, considérant que cette soirée serait arrosée, je me disais bien que la place serait comptée dans mon estomac.  Donc, l’idée de picorer en picolant me semblait l’option à privilégier.

Bref, plusieurs recettes commentées et critiquées…

Ze buffet suivi de Ze critiqu.

Ze buffet de bouchées

Les bouchées sont, du fond vers l’avant et de gauche à droite, les suivantes : Bouchées de bagel au saumon fumé avec sa tartinade de poireau (de Ricardo), Bocconcini à la sauge et au prosciutto (de Di Stasio), Dattes farcies au fromage bleu (de Ricardo), des olives, des chips de pita (voir la recette plus bas) et des Bruschetta aux tomates cerises et citron (de, encore, Ricardo).

Pour ce qui est des chips de pita.  C’est pas de la « rocket surgery« .  Vous prenez huit pitas, vous les couper en quatre puis vous les ouvrez pour faire deux « chips » par quart.  Badigeonnez le tout d’un peu d’huile d’olive dans laquelle vous avez mélangé des herbes.  Puis, faites-les dorer au four à 350 oF pendant 6-8 minutes.  Surveillez-les car elles deviennent rapidement brûlées.  Une fois refroidies, les chips se gardent dans un sac pendant quelques jours sans problème.

Les bagels au saumon fumé se sont tous envolés rapidement.  C’est vraiment une excellente recette.  Les bocconcini étaient tous aussi bon.  Les dattes farcies au bleu… disons qu’elles étaient un peu intense en « saveur » (je remercie mon amie Héliane pour le mot!) ce qui fait qu’il en est resté plus de la moitié.  Elles étaient toutefois très bonnes.  Le lendemain, j’ai récupéré une partie de la farce (qui restait dans ma douille à pâtisserie) au bleu en la mélangeant dans des fettucini.  Ce fût intense, mais excellent.

Pour ce qui est des bruschetta, j’ai préparer les tomates la veille.  J’ai suivi la recette, mais les tomates se sont vraiment décomposées.  Le résultat était, au goût, excellent, mais la présentation était plutôt bof.  Je referais la même recette, mais pour mélanger le tout avec des pâtes comme plat d’accompagnement.

Je n’ai pas été très original pour ce qui est des pâtés.  Mais les fromages étaient les suivants: Fin renard, La Sauvagine, Manchego et Brie de chèvre.

pour se rincer la gorge, j’avais fait ma traditionnelle sangria en plus d’une sangria blanche (recette de Martha Stewart que je posterai éventuellement); les deux ont fait un tabac.

Nous étions huit.  Il en est resté.  Les restants furent un excellent lunch de fin de soirée, dans le salon, sur le sol, avec des chandelles.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Être bouché. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s